Votre cerveau fait une chose très étrange quand vous dormez dans un nouvel endroit

Il y a une raison pour laquelle vous dormez moins longtemps en vacances.


remèdes naturels pour la goutte dans les pieds

Première nuit de vacances! Vous avez voyagé toute la journée, votre corps est épuisé et vous avez l’impression que vous pourriez passer à la seconde à ce que votre tête s’enfonce dans cet oreiller en forme de guimauve. Vous dormez toute la nuit, puis vous vous levez le lendemain matin, groggy, grincheux et poubelle. (Ce ne sont là que quelques-uns des signes clairs que vous ne dormez pas assez profondément.) Quel est le problème? Ce n'était pas dans la brochure.

Une nouvelle étude sur le sommeil de l’Université Brown révèle que ce n’est pas seulement le décalage horaire qui dérange notre sommeil en vacances; nombre d'entre nous dormons mal la première nuit de vacances - ou la première nuit dans une pièce inconnue - parce que notre cerveau reste à moitié éveillé toute la nuit lorsque nous dormons dans un nouvel endroit.




pilules de perte de poids sur ordonnance 2018

Les scientifiques du sommeil appellent ce phénomène First-Night-Effect (FNE). Les chercheurs le savent depuis un moment, mais ce n’est que récemment que nous avons découvert ce qui se produit exactement dans nos têtes endormies. L'équipe Brown, dirigée par le chercheur Masako Tamaki, a utilisé des techniques avancées de neuroimagerie pour suivre l'activité cérébrale de plusieurs dormeurs pendant quelques nuits. Ce qu’ils ont trouvé non seulement a confirmé que la FNE est bien réelle, mais elle est due au fait qu’un hémisphère du cerveau reste dans un état actif toute la nuit, tandis que l’autre somnole paisiblement. En deux mots: une moitié de votre cerveau joue le gardien de nuit pour l’autre moitié.

In this vigilant state, your partly-awake hemisphere becomes extra sensitive to external stimuli—say, a thump in the hallway, a truck blundering down the road, or a bug buzzing past your ear—preventing your brain from reaching a fully restful sleep. Subjects in the Brown FNE study jolted awake to such deviant sounds throughout the first night, thanks to their asymmetrical brain activity. Fortunately, None of these asymmetries were evident during subsequent sleep sessions